25 septembre 2019  - Digital Learning
Conseil

Digitalisation de la formation : comment définir sa stratégie ?

Quand on se pose la question de la digitalisation de son offre de formation, on pense souvent technique : quel LMS ? Quels formats ? quelles méthodes ? On en oublie l’essentiel : la stratégie.

En ligne ou pas en ligne ?

Quand, en tant qu’organisme de conseil, organisme de formation, service de formation interne, on se pose la question de la digitalisation, spontanément on a tendance à penser au passage du présentiel au distanciel. Comment passer mes formations sur des modalités en ligne ? Quels vont être les coûts ? Quelle tarification adopter ? Comment vais-je être visible sur la future application mobile compte personnel de formation (CPF) qui sera lancée en décembre ?

Bien souvent, on nuance la question en y ajoutant les modalités du blended learning et de ce fait arrivent des interrogations supplémentaires : Quelle partie garder en présentiel ? Comment vont s’articuler les parties présentielles et distancielles ?

Et si, finalement, ces questions légitimes, n’étaient pas la bonne approche ?

Commençons par nous poser un instant et tentons de réfléchir à ce qui nous semble de prime abord évident et qui ne l’est pas forcément : qu’est-ce que la digitalisation de la formation ? Au lieu de penser outil, format, modalité, nous vous proposons de tenter de définir quel est l’impact du digital sur la formation.

Digital et relation client

Pour cela, nous disposons d’une base de référence : l’impact du digital sur la relation client. Il s’agit là d’un phénomène largement documenté et étudié. Et puis après tout, l’apprenant, n’est-il pas un client ?

Le premier impact du digital sur la relation des entreprises avec leurs clients a été de rendre celui-ci acteur de la relation. Les clients sont aujourd’hui mieux informés grâce au digital, ils ont accès à des comparatifs et à des avis. Bien souvent, sur un produit donné, ils en savent plus que les vendeurs eux-mêmes.

Il est donc devenu indispensable, au lieu de penser produit et prix dans une logique descendante de prendre la place du client et devenir “customer centric”. Ce changement de posture a révolutionné totalement la manière de vendre. Se mettre à la place du client, c’est imaginer tous les points de contact qu’il a avec notre entreprise, toute l’expérience, bien au-delà du simple achat de tel ou tel produit. Cela veut dire connaître mon client, savoir ce que je lui promets et construire une expérience et une marque cohérentes par rapport à cette connaissance.

Connaître son apprenant

Qu’est-ce que cela donne du côté du learning ? Première pierre, le digital rend l’apprenant acteur. Il n’est plus limité à une offre (diffusée par son OPCA, proposée par son service RH…). Il peut comparer, panacher avec d’autres contenus en ligne. Il va prendre en compte les avis des autres formés. Tout va devenir important pour lui dans ce schéma, l’ensemble des points de contact que l’on a avec lui : la découverte de notre offre, l’inscription, la prise de renseignement, l’après-formation…Au lieu de simplement lui proposer une offre, digitale ou non, il va falloir lui proposer une expérience globale, une learning experience.

Afin d’être en mesure de concevoir cette expérience, il devient indispensable de connaître l’apprenant, de saisir ses attentes, ses freins et ce qui va le motiver à s’inscrire. Il devient nécessaire d’approcher son comportement et d’anticiper quelles seront les conditions d’utilisation de la formation (à quel moment de la journée, sur quel dispositif, avec quel environnement…). Toute cette nouvelle logique “learner centric” nous conduit à définir avec précision quelle est la promesse de valeur pour l’apprenant de la formation, à établir un véritable portrait robot de chacune de nos cibles, bref, à construire un véritable marketing de la formation et non simplement un marketing de l’offre.

C’est ainsi que l’on va pouvoir construire sa marque de formation et trouver les ressorts pour se distinguer parmi les différentes offres qui sont faites à nos cibles.

Voici donc à grands traits ce que sont les conséquences du digital sur la formation :

  • l’apprenant devient acteur
  • il est indispensable de réfléchir à sa promesse de valeur
  • il faut connaître ses cibles en détail
  • il faut construire une expérience d’apprentissage qui va servir de base à une marque de formation.

Une stratégie qui englobe le digital

Et c’est là que l’on commence à réfléchir dans le bon sens. La question n’est plus « qu’est-ce que je mets en ligne? », elle devient « quelle offre cohérente je construis en fonction d’une promesse de valeur et d’une bonne connaissance de mes cibles? ». A partir de là, je pourrais élaborer des parcours, des expériences, dont le digital sera une des modalités possibles.

C’est à partir de ce moment, que je vais pouvoir penser et construire une stratégie d’ensemble qui englobe le digital.

À propos de l'auteur

Loïc Le Gac

Learning Experience Designer

Laissez un commentaire