e-learning-chamboule-formation-professionnelle-thinkovery

Blog >

Publié le , mis à jour le par L'équipe Thinkovery

Le e-learning s’installe et chamboule la formation professionnelle

Simplification, performance et dialogue sont les trois piliers de la réforme de la formation professionnelle, engagée en janvier 2015. Un an après, l’essor du e-learning et l’intérêt grandissant qu’y portent les entreprises sont palpables.

La formation tout au long de la vie est un continuum entre la formation initiale, générale ou professionnelle, et l’ensemble des situations où s’acquièrent des compétences. Elle inclut les démarches d’orientation, de bilan, d’accompagnement vers l’emploi, de  formation et de validation des acquis de l’expérience. La formation donc, entre dans une nouvelle ère. Les règles du jeu, tout comme les apprenants, ont changé : il était temps !

Un envol en marge de la réglementation

Les nouvelles modalités pédagogiques dites de e-learning  ou encore blended learning (alternance de présentiel et de digital) s’accompagnent de deux évolutions à la fois inévitables et nécessaires : la nécessité de certification et le développement de formations hors du temps de travail. La première permet la reconnaissance, la seconde répond à un besoin de personnalisation des formations.
Notons que ces mutations interviennent bien après la reconnaissance de la formation ouverte et à distance (FOAD) par la loi du 5 mars 2014 et son décret d’application du 20 août de la même année. Elles s’appliquent donc en dehors du cadre strictement réglementaire, mais obligent néanmoins les organismes de formation à s’adapter. Pour certains organismes de formation positionnés jusqu’à présent sur des formations courtes non diplômantes ou certifiantes, qui subissent déjà des baisses de chiffre d’affaires, c’est presque une question de survie.

Le rôle des OF en pleine révolution

Le déploiement de modalités pédagogiques innovantes modifie également le rôle des OF vis-à-vis des entreprises, les incitant, par nécessité, à se placer dans une logique d’accompagnement vis-à-vis de ces dernières. On répertorie en France plus de 48 000 organismes de formation, publics ou privés. A plus ou moins long terme, la réforme pourrait conduire à une diminution de ce chiffre.
Cette situation a forcé les acteurs de la formation à se parler et, a fortiori, à se comprendre. Aujourd’hui, ce rapprochement se traduit par des partenariats, qui se multiplient.  Interrogée pour ExclusifRH.com, Françoise Gérard – coordinatrice de l’UHFP* – explique : « Les réseaux s’organisent pour travailler main dans la main. Certains développent des solutions partagées : des ateliers sur la thématique du travail collectif, des plateformes communes de mobilité, des Fab Lab où des outils de formation sont en libre accès… Depuis quelques mois, la formation s’inscrit dans l’économie du partage ».

Le financement en question

La suppression quasi totale de l’obligation légale de participation des entreprises au titre du plan de formation prive les organismes de collecte de fonds à destination de la formation professionnelle (Opca) d’une part essentielle de leurs revenus automatiques. Se pose donc la question du financement des Opca et des nouvelles contre-parties que pourront exiger les entreprises en échange de versements volontaires. OF, Opca et entreprises sont donc voués à travailler en bonne intelligence pour garantir l’accessibilité et la compétitivité des formations.

* Fin janvier 2016 avait lieu la 14ème édition de l’Université d’hiver de la formation professionnelle (UHFP) où 750 experts ont débattus de leurs pratiques et des tendances émergentes.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire