« Prise en charge des patients atteints de cancer » : un SPOC comme outil de santé publique !

Le cancer est de moins en moins traité à l’hôpital. La prise en charge des malades est donc un enjeu pour la médecine de ville. Afin de sensibiliser celle-ci à ces nouveaux enjeux, l’oncopôle de Toulouse, CAPTOR et l’Université Paul Sabatier ont décidé de réaliser un SPOC.

Le cancer progresse

C’est un fait le nombre de cancers en France progresse. Sous l’effet conjoint du  vieillissement de la population, et, certainement, de la détérioration de notre  environnement, le nombre de malades du cancer augmente. Selon le dernier rapport de  l’Institut national du cancer (INCa) montre que depuis 1980, le nombre de nouveaux cas  augmente de 11% chez les hommes et de 20% chez les femmes. En 2015, 150 000  personnes sont décédées des suites d’un cancer, tout types confondus.

La recherche aussi

Dans le même temps les innovations thérapeutiques se multiplient : thérapies ciblées,  prise orale des traitements… Au final la prise en charge des malades se fait de plus en  plus en dehors de l’hôpital. Dans le même temps le taux morbidité diminue, faisant du cancer une maladie avec laquelle on vit : une maladie chronique.

La médecine de ville sous toutes ses formes a donc un rôle essentiel à jouer dans la prise  en charge des patients. Kinésithérapeuthes, médecins généralistes, infirmières,  diététiciens, de nombreux corps de métier sont sollicités. Pour cela ils ont besoin d’être  informés. C’est le rôle que donne l’Université de Toulouse à ce SPOC (small private online course). Véritable outil de santé publique il est là pour sensibiliser et informer les praticiens.

Pour le réaliser, l’Université Paul Sabatier a choisi de faire appel à Thinkovery dont elle  avait pu apprécier le savoir-faire à l’occasion de la production d’une vidéo pédagogique.
Sortie prévue septembre 2016.

Pour en savoir plus et vous inscrire : spoc-ps-cancer.fr

Laisser un commentaire